Accueil Comics Kaiju No. 8 – Critique

Kaiju No. 8 – Critique

52
0

Kaiju No. 8 – Critique

La meilleure série Kaiju de tous les temps

Nous l’avions déjà présenté dans Les 10 mangas en cours les plus suivis de KeyNerd: Kaiju No. 8, un manga shonen par Naoya Matsumotoqui est toujours en cours et qui, compte tenu de son grand succès auprès des lecteurs, débouchera bientôt sur une adaptation en anime. En Italie, les six premiers volumes publiés par Star Comics au format économique, tandis que le volume 9 du manga est attendu au Japon.

Un monde de Kaiju

Kaiju No. 8, monstre en émail

Kafka travaille pour le Monster Sweeper, l’une des principales entreprises japonaises de démolition de corps de kaiju.

Le concept par Kaiju No. 8 est la même que beaucoup d’autres séries similaires basées sur des monstres géants attaquant le Japon ou le monde entier. En fait, si tu le remarques, Kaiju No. 8 a pratiquement le même point de départ que Pacific Rim. Comme d’habitude, les protagonistes doivent faire face aux Kaiju qui attaquent les forces de défense japonaises, dans un monde alternatif où ces créatures ont toujours existé. Leur origine est inconnue, et tout ce que l’on sait, c’est que nombre d’entre elles émergent de la mer, se dirigeant vers les plus grands centres de population pour y faire des ravages. Le monde entier est constamment attaqué par les kaiju, mais le Japon en particulier semble être, pour une fois, la nation la plus touchée par ces êtres mystérieux.

Fini les robots ou les mecha géants, les kaiju se battent à l’ancienne !

Kaiju n°8, affrontements

Les combats sont tout ce que l’on peut attendre d’un bon shonen, combiné à l’originalité d’abattre des kaiju au corps à corps, où chaque personnage fait usage d’une technique de combat qui lui est propre

C’est-à-dire qu’ils sont frappés, balancés ou tirés, à l’aide de combinaisons fabriquées avec les mêmes substances organiques que celles qui composent le corps des kaiju. Ces combinaisons ou exosquelettes améliorent les performances physiques d’un humain selon un pourcentage qui varie d’un individu à l’autre. La super force et l’endurance acquises par les membres de la Force de défense leur permettent d’utiliser des armes d’une puissance immense. Les combats prennent ainsi des allures de super-héros, avec des armes dévastatrices capables de démolir même un Godzilla. Bien qu’il s’agisse d’un shonen, le protagoniste est Hibino Kafkaqui a dépassé la trentaine depuis un bon moment. Il a toujours voulu imiter son ami d’enfance. Mira Hashino. C’est-à-dire devenir membre des forces de défense anti-Kaiju japonaises. Mais pour l’instant, Hibino travaille pour une entreprise qui se débarrasse des corps de kaiju, car il a échoué à l’examen d’entrée. Il peut ainsi se spécialiser dans l’apprentissage de la nature organique de ces mystérieuses créatures.

Et si le protagoniste était un kauju ? En fait, Kaiju No. 8 !

Kaiju n°8, transformation

Suite à une blessure subie lors d’une bagarre, Kafka Hibino se réveille à l’hôpital sous la forme d’un kaiju. Leno tente immédiatement de garder le secret de son ami, sachant que les forces de défense n’auraient aucun mal à abattre un nouveau kaiju, même s’il prétend être un “humain”.

Le tournant se produit lorsque le protagoniste se transforme soudainement, pour des raisons inconnues, en kaiju. Il est identifié par les forces de défense commeKaiju No. 8“. AKA ., le huitième kaiju à apparaître au Japon avec des pouvoirs incroyablement supérieurs à ceux des kaiju ordinaires..

Cela empêchera-t-il Kafka de réaliser son rêve de s’engager dans les forces de défense ?

Sans rien anticiper, Kafka sera aidé par Kikoru Shinomiyala fille du membre le plus puissant des forces de défense. Et son collègue et ami Leno Ichikawa. Ce dernier partage le même rêve que Kafka Hibino : combattre les kaiju en compagnie de Mira Hashino.

Conclusion

D’un point de vue technique, Kaiju No. 8 est impeccable! Dessins de haut niveau et combats captivants. L’histoire, aussi “simple” qu’elle puisse paraître est assez prenante et la bonne caractérisation des personnages contribue à rendre la série vraiment agréable dès le premier volume.. Il s’agit d’un manga discrètement shonen innovant, mais avec tous les clichés du genrequi s’avérera certainement être l’un des meilleurs à base de kaiju. Personnellement, nous l’avons beaucoup apprécié, et nous le recommandons non seulement à tous les fans de shonen et de kaiju, mais aussi à ceux qui n’aiment pas ce genre. À notre avis, il mérite presque la note maximale : ★★★★ ! Bien sûr, il nous reste à voir comment l’histoire va évoluer à partir du volume 7, publié au Japon. Mais pour l’instant, nous sommes face à un manga de combat vraiment remarquable.

Lire aussi :  Hellverine revient sur scène avec une mini-série personnelle.